Promotion et intégration du développement durable


La qualité de l'air

Millesime du document : 2012

La Corse peut être confrontée de façon très localisée à une pollution atmosphérique qui peut être produite localement ou sur le continent puis portée par les vents, voire les deux. Cette pollution peut être anthropique ou naturelle avec notamment les particules de sables venant du nord de l’Afrique. Les sources de pollutions potentielles locales sont les transports routiers, les bateaux, des activités industrielles ainsi que le brûlage des déchets (industriels et verts) pour ne citer que les plus importantes.

Les sites industriels comprennent notamment les deux centrales thermiques qui sont en cours de renouvellement (2013 pour Lucciana, 2018 pour Ajaccio). Le fonctionnement des nouvelles centrales au gaz, lorsque celui-ci sera acheminé jusqu’en Corse en quantité suffisante, permettra une réduction importante en terme de concentration de polluant par rapport aux deux actuelles fonctionnant encore au fioul lourd très très basse teneur en soufre (TTBTS). D’autres activités impactent aussi la qualité de l’air comme les carrières (émission de poussières) et le brûlage des déchets industriels ou végétaux. Ce dernier point, qui concerne aussi les particuliers, fait l’objet d’une interdiction.

Les transports sont importants et ne cessent de progresser. Les principales villes et axes routiers sont très souvent encombrés et les ports connaissent une augmentation des trafics avec les croisières par exemple. Une évolution de la flotte des navires, de leur fonctionnement et des moyens de transports alternatifs aux voitures doit être étudiée et mise en place pour réduire l’impact du secteur des transports sur la qualité de l’air.

Voir le chapitre "Les déplacements".

En 2010 et 2011, la surveillance assurée par Qualitair Corse, a montré :

  • des dépassements de la valeur moyenne annuelle en dioxyde d’azote (NO2) sur la station trafic « Saint Nicolas » à Bastia. La valeur enregistrée a été pour les deux années 41 µg/m3 au lieu de 40 µg/m3 pour la valeur réglementaire. Cette station se situe en zone urbaine, à proximité du port de Bastia (ferry, cargo-mixte, croisières), d’un axe routier fortement encombré, d’une sortie de tunnel et d’une sortie de parking;
  • une tendance amenant au dépassement des seuils réglementaires sur une des stations située dans la zone urbaine d’Ajaccio pour le NO2 imputable aux transports terrestres et sans doute maritimes;
  • des dépassements ont également été constatés pour l’ozone sur la région.
  • On note par le constat de ces dépassements de valeur moyenne annuelle que les transports routier et maritime ont un impact important sur la qualité de l’air en Corse et notamment dans les zones les plus peuplées.

 

Les embouteillages en milieu urbain sont une cause importante de pollution de l'air en agglomération

 L’association Qualitair Corse

Station urbaine de mesre de la qualité de l'air

(réseau Qualitair Corse)

L’association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air Qualitair Corse a développé son réseau de mesures ces dernières années pour atteindre neuf stations de mesures (quatre en région bastiaise, quatre à Ajaccio et une à Venaco) qui ont chacune leur type de surveillance : industrielle, urbaine, périurbaine, trafic et rurale. Qualitair Corse a vu son agrément renouvelé le 13 juillet 2011 pour une durée de trois ans.

Ses deux principales missions sont la surveillance de la qualité de l’air et la diffusion des résultats. En plus des bulletins de prévisions de la qualité de l’air, elle est également un acteur majeur dans la mise en œuvre de la procédure d’information et d’alerte en cas de pic de pollution atmosphérique. En fonction des financements et du temps qu’elle peut consacrer, Qualitair Corse réalise des études afin d’affiner ses connaissances de la qualité de l’air sur l’ensemble de son territoire ainsi que ses modèles de prévision de la qualité de l’air. Ses moyens financiers et humains obligent l’association à avoir une organisation optimale afin d’assurer ses missions régaliennes.

Les plans de protection de l’atmosphère (PPA)

Le schéma régional climat air énergie (SRCAE) fixe des objectifs, le plan climat énergie de la Collectivité territoriale de Corse (PCEC), les plans climat-énergie territoriaux (PCET) et les plans de protection de l’atmosphère (PPA) fixent les mesures pour atteindre ces objectifs. D’autres plans doivent également prendre en compte l’impact sur la qualité de l’air : les PLU, PDU, etc.

Le SRCAE est mené par la CTC, les PCET par chaque collectivité souhaitant ou dans l’obligation d’en réaliser un.

Les PPA sont réalisés par les préfets de département lorsqu’une ou plusieurs valeurs réglementaires sont dépassées pour au moins un polluant dans l’air tel que prévu dans le Code de l’environnement. Ils fixent des mesures, définies avec les collectivités, acteurs, associations et services concernés lors de la consultation préalable à la validation du PPA, qui permettent de redescendre en dessous de la valeur réglementaire.
Le PPA de la région bastiaise devrait être validé en 2013. Un PPA pourrait être élaboré à partir de 2013 pour la région ajaccienne également pour le NO2 voire pour les poussières.

L’Observatoire du changement climatique et le projet Charmex

La Corse accueille dans le Cap Corse un des sites de mesures du projet Charmex (Chemistry-Aerosol Mediterranean Experiment) de suivi de la qualité atmosphérique en Méditerranée.

En lien avec Charmex, il est également prévu la mise en place d’une station du futur Observatoire du changement climatique Corsica (Centre d’observation régional pour la surveillance du climat et de l’environnement atmosphérique et océanographique en Méditerranée occidentale).

 

La qualité de l'air

  • Caractéristiques
  •  Développement des énergies renouvelables
  •   Dispositif de surveillance de la qualité de l’air
  •  Dépassement de la moyenne annuelle en NO2 sur la station trafic à Bastia
  •   Dépassement régional de la valeur cible de protection de la santé humaine pour l’ozone
  •  Augmentation constante de la consommation d’énergie (électricité et hydrocarbures)
  •   Saturation des axes routiers et augmentation du trafic routier et maritime
  • Tendances évolutives
  •   Part des énergies renouvelables dans la production d’énergie en progression par rapport aux modes de production avec un impact sur la qualité de l’air
  •   Remplacement de la centrale de Lucciana par une nouvelle fonctionnant au fioul domestique puis au gaz
  •   Remplacement de la centrale du Vazzio à Ajaccio par une nouvelle fonctionnant au gaz
  •   Mise en oeuvre de PPA
  •   Amélioration de la connaissance de la qualité de l’air sur l’ensemble du territoire, développement d’outils de prévision
  •   Augmentation constante de la consommation d’énergie (électricité et hydrocarbures)

 

  Point positif   Point négatif

 

Objectifs de référence
Engagements internationaux
1996, Directive n° 96/61/CE du 24/09/96 relative à la prévention et à la réduction intégrées de la pollution
2003, Directive n° 2003/87/CE du 13/10/03 établissant un système d'échange de quotas d'émission de gaz à effet de serre dans la Communauté et modifiant la directive 96/61/CE du Conseil
2008, Directive n° 2008/50/CE du 21/05/08 concernant la qualité de l'air ambiant et un air pur pour l'Europe
Egagements nationaux
2007, Décret n° 2007-979 du 15 mai 2007 approuvant le plan national d'affectation des quotas d'émission de gaz à effet de serre établi pour la période 2008-2012
2010, Arrêté du 21 octobre 2010 relatif aux modalités de surveillance de la qualité de l'air et à l'information du public
2010, Décret n° 2010-1250 du 21 octobre 2010 relatif à la qualité de l'air
Egagements régionaux
2010, Programme de surveillance de la qualité de l'air 2010-2015
2011, Plan régional santé environnement I
A venir, Schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie (SRCAE)
Plan régional de la qualité de l'air
Plans climat énergie territoriaux
Plans de déplacement urbain
Plans de protection de l'atmosphère
Plans locaux d'urbanisme
  • _BACKTO

Espace privé

La Lettre