Promotion et intégration du développement durable


La biodiversité au coeur des politiques publiques

Veuillez choisir le millésime de ce document :

La connaissance

 

Gypaète barbu adulte
PNRC, Jean-François Seguin

Les inventaires
DREAL
 Corse, 2020


Accéder à la version en ligne
actualisée

Le niveau de connaissance de la biodiversité terrestre en Corse est considéré comme satisfaisant pour la flore vasculaire, la faune vertébrée et certains groupes d'insectes (libellules et papillons de jour en particulier). Cette connaissance qui reste lacunaire pour certains invertébrés est en constante progression (coléoptères, orthoptères, hyménoptères et diptères notamment pollinisateurs, hémiptères, mais aussi araignées, mollusques...).

Si les inventaires des zones naturelles d'intérêt écologique faunistiques et floristiques (ZNIEFF) ainsi que leur modernisation initiée par le ministère chargé de l'Environnement depuis 1992 ont jeté les bases de la connaissance nécessaire à la gestion du territoire, d'autres inventaires ont permis d'ajouter leur pierre à cet édifice: inventaire des zones humides mené par l'Office de l'environnement de la Corse (OEC), réseau Natura 2000, plans nationaux d'action, aménagements forestiers réalisés par l'Office national des forêts (ONF), atlas naturalistes réalisés par l'OEC, et travaux du Conservatoire botanique national de Corse (notamment la cartographie au 1:25 000 des végétations de la Corse dans le cadre du programme CAR-HAB).

 

Fin 2015, l'inventaire Corse du patrimoine géologique, paléontologique et minéralogique, comprenant 38 sites, a été validé au niveau national. Début 2020 , 37 % du territoire terrestre de la Corse est inscrit à l'inventaire modernisé des ZNIEFF. Cette modernisation engagée depuis 2005 a conduit à créer 83 ZNIEFF de type 1 (total : 234) et trois de type 2 (total : 46). Cette modernisation de l'inventaire permet une connaissance plus fine et actualisée du patrimoine naturel de Corse. Elle constitue un appui pour les contentieux, l'élaboration des documents d'urbanismes et la protection des zones naturelles fragiles.

 

De plus, en 2020 la mise en place de ZNIEFF de type 1 autour des cours d'eau douce a été relancée. Ce projet de 26 ZNIEFF a pour objectif de préserver leur diversité hydrobiologique parfois très spécifique et l'habitat qui les héberge. Aussi, la préservation de cette biodiversité concourt à atteindre le bon état écologique des masses d'eaux de Corse demandé par la directive cadre sur l'eau (DCE) de 2000. Les ZNIEFF marines sont en cours d'élaboration et devraient être validées courant 2021.

 

Le réseau naturaliste est aussi à l'origine de nombreuses données relatives à la connaissance de la biodiversité et celle-ci notamment par la présence d'experts dans de nombreuses instances d'avis comme le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel (CSRPN) ou par les travaux des chercheurs et étudiants des laboratoires de l'Université de Corse et d'ailleurs.

 

Le réseau associatif est en revanche peu développé et faiblement structuré pour l'observation naturaliste malgré le développement des sciences participatives (Vigie-Nature...). Les atlas de biodiversité communale (ABC), portés par des communes comme Bastia en 2019 , contribuent à l'amélioration de la connaissance de la biodiversité des villes et villages pour veiller à l'intégration de l'environnement dans les outils d'aménagement du territoire comme les plans locaux d'urbanisme (PLU) et les schémas de cohérence territoriale (SCOT).

 

La production de connaissances scientifiques passe par une amélioration de la cohérence et de l'homogénéité des données, les données naturalistes étant produites par des acteurs d'une grande diversité, et parfois à titre bénévole. Pour cela, le renforcement du fonctionnement en réseau de ces multiples acteurs participant à l'acquisition de ces données, est toujours d'actualité via le Système d'information du patrimoine naturel (SINP). Il s'agit d'un dispositif partenarial entre le ministère de la transition écologique, les établissements publics, les associations, les collectivités locales intervenant dans la production, la validation, la gestion, le traitement, la valorisation et la diffusion des données naturalistes.

 

Le Muséum national d'histoire naturel (MNHN) pilote l'inventaire national du patrimoine naturel où sont bancarisées les données naturalistes du SINP. Il les met à la disposition de tous les acteurs. Il publie les référentiels utiles pour l'interopérabilité des données du SINP (TAXREF, mailles, etc.) et favorise le développement d'outils de sciences participatives telles que Vigie Nature.

 

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages du 21 juillet 2016 renforce certains principes, avec entre autres l'obligation de transmettre les données brutes naturalistes is- sues des études d'impact au SINP. Ce dispositif est décliné au niveau régional pour recueillir les informations naturalistes, les valider et les remonter au MNHN selon un mode de gouvernance restant à définir (partenariat Etat- Région, associations naturalistes, collectivités locales, établissements publics de l'État et de la Collectivité de Corse, utilisateurs).

 

 

 

 

 

Page: 1/7 - Page Suivante
  • _BACKTO

Espace privé

La Lettre